top of page

#8 - Cher journal, le soleil brille, et les enfants font sagement leurs devoirs



Vous rêvez de vivre votre confinement à la campagne, entouré.e de verdure et bercé.e par le chant des oiseaux ? C'est ce que vous permet notre huitième atelier d'écriture !


Ici vous devez :

  • Rédiger votre journal de confinement en incarnant Anne-Marie, Parisienne exilée en Bretagne.

  • Le tout en ne dépassant pas les 2.000 caractères espaces compris !


Vous avez jusqu'au 14 Avril au soir !

Bonne chance ;)

62 vues3 commentaires

Posts récents

Voir tout

3 Comments


Bonjour et merci d'avance pour votre retour.

.......


Mardi 21 avril 2020


Une prison ? Non.

Un jour sans fin ? Peut-être.


Loin de la ville Lumière, je pense à mes proches emprisonnés dans une toile de Caillebote.

Le temps semble s’arrêter dans ce paradis vert où je demeure.

Un privilège de nos jours ; un cadeau naturel pourtant que l’on néglige pour notre confort.

‘‘Une modernité empoisonnante’’

La nature est mon unique remède !

Seule, assise au milieu de ce vaste tapis de verdure, arborant ces plus belles couleurs printanières, mon âme se revigore. Le chant des oiseaux vint me bercer comme la douce voix d’une mère aimante. Une brise légère caresse mon visage que le soleil réchauffe.…


Like

Grégory Desseaux
Grégory Desseaux
Apr 17, 2020

Bonjour 😉 Ci-joint, mon texte.


Journal de confinement d’une parisienne en Bretagne


Dans un monde autocratique ravagé par une politique de confinement outrancière et péremptoire, une personne qui n’a plus rien à perdre va oser défier l’autorité pour s’en aller vivre à la campagne, entourée de verdure et bercée par le chant des oiseaux…

Anne-Marie est cette personne.

Pas complètement unanime contre tous, voire seule face à la majorité, cette femme prendra tous les risques pour s’exiler loin de la capitale et se fondre dans la masse avec une marinière bicolore et la coiffe bigoudène.

Et pourtant, lorsque son voisin d’en face, Yann Plougastel, un coiffeur à la retraite, est à deux doigts de découvrir le pot aux roses, Anne-Marie…


Like

Hello, voici mon texte.

Il s'agit bien sûr d'une fiction et toute ressemblance avec des faits existants ou ayant existé ne serait que pure coïncidence.


Jour 27 Le chouchen avalé hier soir m'en fait voir de toutes les couleurs ! Quel avril ! je ne me souviens pas l'avoir déjà vu si beau. Je ne regrette pas d'avoir bravé les interdits pour venir me confiner en Bretagne. Depuis mon arrivée c'est comme si la nature s'était donné le mot. Les fleurs explosent de leur couleur et de leur parfum rien que pour moi. Depuis ma fenêtre qui surplombe la baie, j'assiste ébahie aux inlassables va-et-vient des vagues, mêlant vert, turquoise et gris... Cet isolement me fait prendre conscience de l’étroitesse de ma vie parisienne. Et…

Like
bottom of page